Accès direct au contenu

UPEC

Lettres Idées Savoirs

logo_pdf

Lettres, idées, savoir (LIS) > Actualités > Archives du LIS


Colloque "Première oeuvre, dernière oeuvre: écarts d'une écriture"

  • Version pdf
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami
  • Partager

Du 20 septembre 2012 au 21 septembre 2012
Jeudi, 9h-18h
Vendredi, 9h15-12h15

Colloque international organisé par Bruno Petey-Girard Professeur de Littérature française (16e-17e siècles) et membre du Lis et Marie-Emmanuelle Plagnol Professeur de Littérature du XVIIIe siècle et responsable de l'EA Lis.

Carré_Affiche_web.jpg
Dans le prolongement du colloque fondateur de l'EA LIS Lettres, Idées, Savoirs, « Constitution du champ littéraire : limites, intersections, déplacements » les 20-22 septembre 2007 dont les actes ont été publiés en 2008, l'EA LIS organise un colloque international sur le thème « Première œuvre, dernière œuvre : écarts d'une écriture ».

Ce vaste sujet de réflexion est conçu pour appeler les collaborations croisées des littéraires et des philosophes, au-delà des logiques de disciplines et de siècles. Le sujet s'intègre dans le cadre d'un approfondissement du séminaire d'équipe lancé en 2008 sur « La conquête de la langue », poursuivi en 2008-2009, 2009-2010 et décliné autour de la traduction en 2010-2011 (voir le détail des conférences sur le site de l'EA (http://lis.u-pec.fr/).

Il s'agira, sans réduire le sujet à une série de monographies juxtaposées d'auteurs dont on interrogerait les deux extrémités de l'œuvre, de travailler – même si ces indications ne sont pas limitatives – sur :

- la problématique de la première et de la dernière œuvre. Comment définir celles-ci ? Entend-on par première œuvre le premier texte écrit ou publié par un auteur : gardera-t-on à ce titre le premier texte écrit par un futur auteur (et comment définir ce statut) ou la première œuvre qui signerait l'entrée dans une forme plus institutionnalisée de la littérature (mais comment alors définir les bornes institutionnelles : de l’extérieur, de l'intérieur et de la marge ?). La critique s'est plutôt intéressée pour l'instant « aux débuts », ce qui montre la difficulté et la richesse du sujet ainsi envisagé.

Le problème est comparable avec la dernière œuvre, quoique la limite soit ici plus aisée à fixer : dernière œuvre publiée, dernière œuvre restée inédite ou inachevée du fait de la mort de l'écrivain, voire dernière œuvre retrouvée dans les papiers de l'auteur qui vient bouleverser la chronologie de la production écrite.

- les modalités de la confrontation de ces deux œuvres que l'on peut envisager comme deux moments, de l'œuvre totale ou complète (notion également problématique) : deux moments de création purement datés, symboliques ou exemplaires dans un ensemble complexe de genèses, tensions, métamorphoses.

- la position du critique et du chercheur selon le point de vue adopté en fonction de l'œuvre complète, du rapport entre œuvres mineures et œuvres majeures, de l'entrée en littérature, du genre choisi, de l'esthétique en train de se construire, de la pensée en train de s'élaborer.

Que ce soit en termes d'annonce, d'opposition, de continuité, d'enjambement ou d'itinéraire comment peut-on envisager ces écarts, cette confrontation, voire ce « choc » ou ce conflit, aussi bien du côté de l'auteur réfléchissant sur son œuvre que des critiques commentateurs ?

Lieu(x)

Université Paris-Est Créteil
Bâtiment P, salle des thèses
61, Avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil cedex
> plan d'accès

Affiche du colloque

mise à jour le 20 novembre 2014

Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC) Université Paris-Est

Université Paris-Est Créteil Val de Marne

Faculté de lettres, langues et sciences humaines
Lettres, idées, savoirs (LIS)
Bâtiment i3 - Bureau 202
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil Cédex
recherche-llsh@u-pec.fr