Vous êtes ici : Accueil FRActualitésArchives du LIS

  • Recherche,
  • Enseignement supérieur,

Séminaire de recherche et d'enseignement « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » 1ère séance

Publié le 17 janvier 2013

Sous la direction de Orazio Irrera, Daniele Lorenzini et Matthieu Renault, tous trois doctorants du laboratoire Lettres, idées, savoirs.

Date(s)

le 30 janvier 2013

14h-17h
Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil
Campus Centre-Salle i3-218
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil cedex
> plan d'accès
Présentation
Entre janvier et juin 2013, le séminaire Décolonisation et géopolitique de la connaissance (anciennement La décolonisation des savoirs) prend acte de l’introduction de la critique postcoloniale (subaltern studies indiennes, postcolonial studies anglo-américaines, pensée décoloniale latino-américaine) au sein des champs académiques et politiques français, mais aussi des fortes résistances qui sont actuellement opposées à cette pénétration.

Ces résistances ne sont certainement pas étrangères au fait que la critique postcoloniale n’est pas seulement critique politique des conditions de la postcolonialité — de la répétition ou du retour de logiques coloniales tant dans les ex-métropoles que dans les ex-colonies —, mais aussi critique épistémique interrogeant les modalités de production des savoirs, les politiques de connaissance en situation postcoloniale et en appelant à un décentrement de la « pensée européenne », à des déplacements qui ne peuvent manquer d’être à la fois des transformations et des traductions.

En d’autres termes, la critique postcoloniale nous enjoint à questionner les relations entre rapports internationaux de pouvoir d’un côté, fabrication/circulation des savoirs de l’autre. L’enjeu est de (re)penser ce que Walter Mignolo appelle la géopolitique de la connaissance.

Intervention
- « La stratégie décoloniale du Parti des Indigènes de la république » par Houria Bouteldja & Sadri Khiari (Les Indigènes de la république)

- « L’antiracisme radical est-il soluble dans les études postcoloniales en France ? » par Félix Boggio Éwanjé-Épée (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) & Stella Magliani-Belkacem (Éditions La Fabrique)