Vous êtes ici : Accueil FRActualitésArchives du LIS

  • Recherche,
  • Culture scientifique et humanités,

Séminaire "Les épistémologies politiques de la décolonisation"

Publié le 2 octobre 2014

Première séance du séminaire de recherche co-organisé par Daniele Lorenzini, membre du LIS.

Date(s)

le 6 octobre 2014

14h - 16h
Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil Val de Marne
Campus Centre, salle i3-218
61 avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil
> plan d'accès
Présentation
Nous proposons de dresser une inventaire historico-philosophique du problème des épistémologies politiques de la décolonisation. Celles-ci constituent aujourd’hui une préoccupation fondamentale dans le champ de la critique postcoloniale, s’étendant au-delà de celle-ci pour susciter des interrogations et des controverses au sein de tout un ensemble de disciplines, de l’histoire à la science politique, en passant par l’anthropologie, la géographie et plus récemment la philosophie.

Pour riches et nécessaires que soient ces débats, force est de constater que l’affirmation du projet postcolonial en tant que projet épistémologique a été concomitante d’une dissociation progressive avec la critique politique de la situation post-coloniale. Notre hypothèse est que cette rupture est intimement liée à une autre scission, celle de la critique postcoloniale avec le complexe héritage, à la fois intellectuel et politique, des résistances anticoloniales et luttes pour l’indépendance. C’est pourquoi, afin d’interroger cette rupture, il est nécessaire de retracer une généalogie de la critique postcoloniale pour expliciter la genèse et la maturation du projet de critique des savoirs en contexte anticolonial, ses définitions et ses méthodes, ses objectifs et ses stratégies.

Interrogeant les rapports de pouvoir sous-tendant la production des épistémologies de la décolonisation, notre séminaire se veut également être le lieu d’un diagnostic de la critique postcoloniale contemporaine. À cette fin, il se divisera en trois moments. Le premier portera sur la « décolonisation des esprits » en tant qu’horizon sur le fond duquel s’est dégagé le problème plus spécifique des épistémologies de la décolonisation. Le second se donnera pour objectif l’analyse des théories et pratiques anticoloniales de décolonisation épistémique (critique des savoirs de la colonisation ; production de savoirs de la décolonisation ; retournements, inversions et déplacements des savoirs du colonisateur contre la domination coloniale). La troisième et dernière étape approfondira ces interrogations en se centrant sur les politiques et les limites du projet épistémique anticolonial.

Partenaires :

Contact :