Vous êtes ici : Accueil FRActualités

  • Recherche,
  • Culture scientifique et humanités,

Colloque "Les Cent-Jours vus de la littérature"

Publié le 22 juillet 2015 Mis à jour le 19 février 2018
Date(s)

du 8 octobre 2015 au 9 octobre 2015

Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil
Campus centre, bâtiment P
Salle des thèses
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil
> plan d'accès

Colloque organisé par Mireille Labouret et Bernard Gendrel, enseignants-chercheurs à l'UPEC et membres du LIS.

Dernier soubresaut de l’aventure napoléonienne pour les uns, moment-clé de l’histoire de France pour les autres, les Cent-Jours forment un écheveau complexe dans lequel s’entrecroisent les différentes passions politiques du siècle. Fidélité à la Révolution, fidélité à la Nation, fidélité à l’Empereur, fidélité au Roi légitime, fidélité à la Liberté s’excluent et se combinent, conduisant à des prises de position souvent ambiguës.

Il est difficile pour l’historien de démêler le vrai du faux dans les témoignages de cette période, tant la légende, alimentée par Napoléon lui-même dans le Mémorial de Sainte-Hélène, a pris le pas sur l’histoire. Mais ce qui est un problème pour l’historien n’en est pas forcément un pour le spécialiste de littérature. Celui-ci trouvera au contraire, dans ces mises en récit fantasmatiques et ces reconstructions poétiques, matière à penser le phénomène littéraire, qu’il s’agisse de poèmes, de pièces de théâtre, de romans ou de Mémoires.

La forme littéraire adoptée dépend bien sûr des opinions politiques des écrivains : ceux qui haussent Napoléon au rang de héros sont certainement plus attirés par la poésie et l’épopée ; ceux qui voient dans ce « règne trimestriel » un révélateur des bouleversements sociaux issus de la Révolution se tournent plutôt vers le roman ; ceux qui veulent justifier leurs compromissions ou leurs fidélités n’ont pas d’autre choix que d’écrire leurs Mémoires et de montrer le caractère exceptionnel du moment. La littérature devient la seule manière de dire l’histoire dans toute sa complexité et d’entendre résonner sa voix dans les drames les plus individuels.

> Télécharger le programme

Comité d'organisation
Mireille Labouret, Université Paris-Est Créteil, LIS
Bernard Gendrel, Université Paris-Est Créteil, LIS