Vous êtes ici : Accueil FRActualités

  • Culture scientifique et humanités,
  • Recherche,

Journée d'étude " UTOPIES DU CORPS "

Publié le 18 avril 2018

Journée d'étude organisée par Roberto Poma, Maître de conférences HDR et membre du LIS à l'UPEC

Date(s)

le 3 mai 2018

Lieu(x)
Université Paris-Est Créteil - Campus centre
Salle des Thèses
« Il y a une chose certaine, c’est que le corps humain est l’acteur principal de toutes les utopies »
M. Foucault, Le corps utopique, 1966

Présentation

Cette journée d’étude entend interroger la relation que le corps humain entretient avec la notion d’utopie à des époques différentes de l’histoire. Au début du XVIème siècle, Thomas More imaginait l’insula Utopia, un lieu hors de toute géographie où l’herbe est toujours plus verte que nulle part ailleurs. La chasse est interdite, les pauvres n’existent pas, le luxe est banni, tous les membres de la communauté consacrent leurs énergies à des travaux d’utilité publique et à des loisirs studieux. Tous les hommes, sans exception, sont heureux.

L’idée d’une société parfaite implique-t-elle l’utopie d’un corps humain sans défauts ? À quelles conditions peut-on concevoir un glissement conceptuel du collectif à l’individuel ? Y a-t-il des critères structurant l’idéal d’un corps utopique à l’instar de ceux qui ont servi à élaborer l’idée d’une société utopique ?

Si le genre littéraire de l’utopie n’apparaît qu’à la Renaissance, l’idée d’une société idéale et d’un lieu parfait auxquels sont associés des corps humains sans défauts, elle-même héritée de la tradition biblique et du monde grec, n’est pas absente du Moyen Âge. Dans le sillage du dualisme platonicien, le Moyen Âge prône certes, dans la pratique, le mépris du monde et du corps (contemptus mundi et corporis). Cependant, l’idée d’une cité idéale peuplée de citoyens parfaits, corps et âmes, ne disparaît pas de l’horizon de la pensée médiévale, qu’il s’agisse de la représentation des origines de la Genèse (Adam et Eve au Jardin d’Eden) ou de la fin des temps, avec l’avènement de la Jérusalem céleste de l’Apocalypse, cité parfaite promise aux corps glorieux. Ainsi l’immortalité du corps, perdue avec la chute d’Adam, sera-t-elle restituée aux justes, après le Jugement, au moment de la résurrection des corps.
 

Programme

De 09h à 18h30
Consulter le programme complet

Organisation

Roberto Poma, Maître de conférences HDR et membre du LIS à l'UPEC
Francesca Belviso, à CIRCE-LECEMO – Paris 3 Sorbonne Nouvelle
Sonia Porzi, IHRIM – Clermont-Ferrand